Storytelling – L’art et la manière

Le Storytelling, c’est l’art de raconter une histoire dans le but de convaincre et de persuader le lecteur. Cela consiste à communiquer par l’intermédiaire d’une ou plusieurs histoires pour capter l’attention de l’auditoire et ainsi de créer une connexion (emarketing).

Vous voulez en savoir plus ? Pas de panique, tous les détails sont par ici et beComFamous vous donne un exemple en racontant SON HISTOIRE.

Parlons aujourd’hui de quelques bonnes et mauvaises choses à faire en storytelling. Oui oui, cela paraîtra évident pour certain, mais une piqure de rappel ne fait jamais de mal !

 

  • NE PAS ÊTRE « MÉCANIQUE »

Comment ça ? Cela signifie qu’il faut à tout prix éviter de suivre une méthode précise et prémâchée pour raconter votre histoire. Il s’agit plutôt d’être créatif et original, même s’il y a tout de même une architecture type et des règles de base.

La partie à ne pas exécuter de façon mécanique dans le storytelling concerne la performance et l’interprétation et surtout lorsque les histoires sont racontées oralement.

La gestuelle, le langage utilisé, les expressions du visage… Toutes ces petites choses sont à faire de manière naturelle et authentique. Avec ça, vous donnerez plus de vie et d’expression à votre histoire, sans sur-jouer ou passer pour un brave petit élève qui a bien appris sa leçon par coeur et la récite tel un robot…

En se focalisant uniquement sur les mots de l’histoire et non l’émotion à transmettre, on obtient un résultat plutôt amer, sans goût, un peu comme un plat fade, vous voyez ? Un bon storytelling est fait de mots, cela va de soi, mais aussi d’images, de métaphores et de sentiments. C’est sur cela qu’il faut miser.

Pour ceux qui auraient du mal à construire son histoire, pas de panique, le remède miracle tient sur trois étapes :Startup Stock Photos

  1. une introduction qui engage l’histoire et présente le  contexte
  2. un élément déclencheur qui va venir donner du piment à votre storytelling
  3. une résolution bien soignée pour de terminer en beauté

  • POSITIVE ATTITUDE

Evidemment que raconter une histoire, surtout à l’oral en face d’un public peut rendre nerveux. Mais il ne faut en aucun cas le communiquer à travers ses mots et Positive way1se laisser submerger par les émotions en pensant négativement. En le transmettant, vous risquez de raconter une toute autre histoire à vos auditeurs, la catastrophe ! Tout vos efforts et votre travail seraient anéantis par un  manque d’assurance, quel gâchis…  Concentrez-vous sur votre histoire, son sens et les émotions à faire transparaître, votre public ne sera que comblé. Et puis, si votre histoire est bonne et que vous croyez à ce que vous racontez, elle doit parler à votre place.

 

  • PAS DE PRISE DE TÊTE

Il est normal d’espérer satisfaire ses lecteurs ou son auditoire avec son histoire. Par contre, il est mauvais d’en venir au point de vous tracasser, de trop réfléchir à comment justifier vos propos. Racontez-la comme vous le sentez, évoquez les images qui l’illustre au mieux et donnez-lui un sens. Votre histoire possède un but précis, celui d’ancrer une idée dans la tête de vos lecteurs. Cela doit être le lien qui permettra à votre message de circuler dans votre storytelling.

 


POUR FAIRE COURT

Retenez bien que votre histoire doit avant tout être simple, familière et émotionnelle. Il faut que cela parle à votre audience, qu’elle s’y identifie et que vous parliez le même langage qu’elle.

Enfin, un dernier conseil qui n’est pas des moindre, n’ennuyez JAMAIS vos lecteurs avec une histoire… Faites-les rêver !

Pour d’autres conseils : 27 techniques de Storytelling pour booster vos écrits.

 

Et vous quelles sont vos DO et DON’T pour un bon storytelling ?

 

Laure S.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*